Une note conceptuelle

Le neuvième Forum international de l'énergie pour le développement durable
12 - 15 Novembre 2018
Kyiv, Ukraine
Note conceptuelle

L'ÉNERGIE POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

La version complète de la note conceptuelle et le projet de document final du neuvième Forum international sur l’énergie pour le développement durable sont présentés ici.

Il n’existe pas de définition commune de ce qu’est l’énergie pour un développement durable ou de la manière dont elle sera réalisée. Les circonstances nationales étant très différentes, les pays choisiront des voies différentes pour respecter leurs engagements, notamment dans le cadre du Programme 2030 et de l’Accord de Paris sur le climat. L'analyse à ce jour des progrès réalisés montre que des efforts beaucoup plus importants sont nécessaires, notamment des engagements politiques beaucoup plus audacieux, des financements substantiels et une volonté de prendre en compte l'éventail de solutions technologiques à grande échelle. Les pays agiront de manière à refléter leurs circonstances nationales uniques afin de respecter les engagements qu’ils ont pris. Leurs choix seront faits dans le contexte plus large de leur économie dans son ensemble et on peut s’attendre à ce qu’ils soient économiquement et socialement rationnels, visant la qualité de la vie et pas seulement l’accès à une énergie abordable, moderne et propre.

Le neuvième Forum international de l'énergie pour le développement durable (le neuvième Forum) est l’occasion de réfléchir aux conséquences de l’accélération et de la réorientation du changement. L'innovation technologique et la décarbonisation nécessitent une innovation sociale d'accompagnement. Le neuvième forum explorera donc des mesures pour combler les écarts entre l'action et l'ambition. L'accent sera mis sur la résilience des infrastructures énergétiques et des domaines connexes dans le contexte d'une économie circulaire afin d'améliorer l'efficacité des ressources. Le Forum se concentrera sur les facteurs perturbateurs qui sont en jeu et sur la manière dont ils peuvent être utilisés de manière favorable pour façonner l’énergie en vue d’un développement durable. L'événement réunira toutes les options technologiques avec les aspects de coopération régionale, d'investissement et de financement.

L'intention est de s'accorder sur un ensemble équilibré d'options permettant aux pays de poursuivre de manière concrète et efficace à court et à long terme et d'informer les processus politiques clés sur les idées collectives sur l'énergie pour le développement durable. L'événement examinera les solutions proposées lors de la réunion ministérielle sur l'énergie au début du huitième Forum tenu à Astana (Kazakhstan) le 11 juin 2017 et renforcera les recommandations collectives en tant que nouvelle étape du processus de forum international.

LE FORUM

Le neuvième Forum international de l'énergie pour le développement durable

est une plate-forme qui fournit un contexte et permet une action claire. Ce neuvième forum combinera une session ministérielle d’ouverture avec des séances plénières, des ateliers parallèles et des visites sur place pendant quatre jours. À travers une série de panels et de discussions multipartites, le Forum examinera ce que signifie l'énergie pour le développement durable et comment la coopération et l'action concertée pourraient mener à bien le Programme 2030.

L'importance de la collaboration pour atteindre la durabilité ne peut être surestimée. Des partenariats et une collaboration multipartite à tous les niveaux sont essentiels pour atteindre le Programme 2030. Une collaboration entre le système des Nations Unies, les gouvernements, la société civile, les institutions financières et le secteur privé est nécessaire pour tirer parti de l'expertise et des ressources nécessaires pour relever les défis complexes et interdépendants de l'énergie pour le développement durable.

Forum organisé conjointement par le gouvernement de l'Ukraine et cinq commissions régionales du Programme des Nations Unies en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), des Nations Unies, du monde banque, l'agence internationale de l'énergie (AIE), l'agence internationale des énergies renouvelables (Irena), agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le Fonds pour l'environnement mondial (FEM), Organisation de la Conférence internationale sur la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la Charte internationale de l'énergie, le Forum international de l'énergie (IEF), le Centre de Copenhague pour l'énergie, l'Institut international pour l'analyse des systèmes appliqués (MIPS), l'Institut pour l'environnement Fraunhofer et technologie de l'énergie UMSICHT, Pacific Northwest National Laboratory (PNNL ), Le Dartmouth College et le Climate Action Network (CAN).

Le Forum attirera des experts internationaux en énergie, des représentants du gouvernement et des représentants du monde des affaires, du secteur financier, du monde universitaire et de la société civile afin de partager des perspectives sur la manière de concevoir et de mettre en œuvre des systèmes énergétiques durables. Il comprendra également les sessions annuelles des groupes d’experts de la CEE sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Parmi les prévus des ateliers parallèles comprennent un atelier régional sur les voies d'accès à l'énergie durable et la quatrième réunion du groupe de travail mixte sur les normes d'efficacité énergétique dans les bâtiments.

En 2017, les cinq commissions régionales ont collaboré avec la Banque mondiale et l’Agence internationale de l’énergie pour évaluer les progrès réalisés dans le monde en matière d’énergie durable. La conclusion était que l’appui du secteur de l’énergie au Programme 2030 risquait de s’essouffler car le taux d’amélioration de l’efficacité énergétique, le déploiement de solutions énergétiques à faible émission de carbone et l’accès durable aux services énergétiques modernes étaient insuffisants. Des mesures concrètes et accélérées sont nécessaires pour améliorer la productivité énergétique, rationaliser l'utilisation de l'énergie, optimiser les ressources énergétiques et déployer des technologies et des infrastructures énergétiques durables. Le neuvième forum comportera une conversation honnête et rationnelle sur les principaux défis à relever, notamment la sécurité énergétique, la dépendance aux combustibles fossiles, le manque d’information et les capacités inadéquates d’apporter des changements. Atteindre les objectifs du Programme 2030 nécessitera un engagement total de l'industrie pour transformer l'énergie. Il est essentiel de suivre les progrès en matière d'énergie pour le développement durable de manière à refléter les interconnexions transversales entre les objectifs de développement durable (ODD), au minimum, les liens entre les ODD 6, 7, 11, 12, 13, 15 et 171.

Certaines options pour améliorer la performance globale du système énergétique d’aujourd’hui sont souvent exclues pour des raisons de perception et d’émotion du public, de politique, de distorsions imposées du marché ou de préoccupations environnementales et de sécurité. Une véritable transformation du système énergétique nécessitera des changements créatifs dans les politiques et la réglementation, notamment en traitant l’énergie comme une série de services plutôt que comme une série de produits. Dans de nombreux pays, les infrastructures politiques, réglementaires et industrielles actuelles ne sont pas encore prêtes pour une telle transformation et les pays ne sont pas encore attentifs aux défis qui apparaîtront avec le Programme 2030. L’infrastructure économique d’aujourd’hui n’est pas prête à accepter les implications de la nouvelle norme.

Le neuvième Forum se penchera sur les nouvelles opportunités et préoccupations. Le Forum propose des activités regroupées en quatre piliers parallèles:

- Transition énergétique et décarbonisation

- Systèmes et infrastructures fiables

- Confiance dans les liens et confiance des investisseurs

- Sujets d'actualité et plongées profondes.

  1. Transition énergétique et décarbonisation

Le premier pilier du neuvième forum explorera la décarbonisation rentable de l’énergie. La coopération internationale peut renforcer les actions nationales et accélérer ainsi la transformation. Le lien entre l’énergie et d’autres domaines clés du développement (par exemple l’eau, l’air, l’alimentation, la santé, l’éducation et l’égalité des sexes) suggère que les opportunités se situent dans les perspectives intersectorielles et la prise de décision globale.

Le développement et le déploiement de technologies propres et leur interaction avec les infrastructures existantes sont au cœur des options disponibles pour construire le futur système énergétique à moyen terme, d’autant plus que 80% de l’énergie d’aujourd’hui est d'origine fossile. Par exemple, en janvier 2018, plus de 656 GW de nouvelles capacités de charbon étaient en construction dans le monde entier (mais les ajouts nets de 2017 à 2040, compte tenu du démantèlement, ne devraient atteindre que 400 GW).

Figure 1. Additions annuelles moyennes mondiales de la capacité nette par type. Source: World Energy Outlook 2017, Agence internationale de l'énergie

Le nombre de personnes dont les revenus et les moyens de subsistance nationaux dépendent des énergies fossiles est important. En conséquence, la transition énergétique exige une gestion rapide mais prudente - l'amélioration de la qualité de vie, l'objectif central obligeant les approches politiques connectées qui optimisent l'ensemble du Programme 2030, notamment la décarbonisation et le climat, l'accès à l'énergie, l'eau et l'environnement et la santé.

L’intensité énergétique mondiale du carbone est restée essentiellement inchangée au cours des vingt dernières années, avec une légère augmentation en 2017.

Figure 2. Émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie, 2000-2017. Source: Global Energy & CO2 Status Report 2017, Agence internationale de l'énergie

Les ajouts de capacité d'énergie renouvelable doivent encore fournir la décarbonisation nécessaire et attendue. Des études récentes ne montrent aucune corrélation entre les apports d’énergie à partir de sources d’énergie renouvelables et l’intensité globale nette de carbone de l’énergie. Alors que «l'énergie pour le développement durable» ne se limite pas à l'énergie et au climat, l'énergie est le secteur clé pour atteindre les objectifs climatiques. Toutefois, les mesures visant à réduire les émissions liées à l’énergie ne figurent actuellement pas dans la moitié environ des contributions déterminées au niveau national (CDN) soumises à la CCNUCC. Lorsque de telles actions sont incluses, elles ne couvrent pas nécessairement les émissions de toutes les sources d’énergie et il n’est pas toujours évident que les engagements dans les NDC soient conformes aux politiques et plans énergétiques nationaux existants.

  1. Systèmes et infrastructures fiables

Ce pilier examinera l'infrastructure énergétique, la résilience et la planification et propose de fournir une plate-forme pour explorer différents angles. L'intégration adéquate des risques climatiques dans la planification des investissements sensibles au climat nécessite un changement de mentalité, passant de pratiques et de comportements conventionnels à une approche de cadre intégré associant informations climatologiques, évaluation des impacts climatiques et prise de décision en matière d'investissement. Un tel changement de paradigme nécessite des informations climatiques crédibles, utilisées avec des outils de modélisation appropriés et appuyées par des institutions dédiées pour mieux informer la planification des politiques et du développement.

Par exemple, l'étude récente de la Banque mondiale et de l'UNECA intitulée «Renforcer la résilience climatique des infrastructures africaines» (RRCIA) a montré qu'une bonne intégration du changement climatique dans la planification et la conception des investissements d'infrastructure peut réduire considérablement le risque posé par le climat futur à la performance physique et économique des investissements dans l'hydroélectricité et l'irrigation. Pour soutenir la croissance de l'Afrique et accélérer l'élimination de l'extrême pauvreté, l'investissement dans les infrastructures est fondamental.

L'Africa Infrastructure Country Diagnostic 2010 a révélé qu'il faudrait investir environ 93 milliards de dollars US par an pour la prochaine décennie afin de permettre à l'Afrique de combler son déficit en infrastructures. Le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA), approuvé en 2012 par les chefs d’État et de gouvernement du continent, définit un plan ambitieux à long terme pour combler le déficit d’infrastructure en Afrique, notamment par une augmentation importante de la production hydroélectrique et des capacités de stockage. Une grande partie de cet investissement soutiendra la construction d’infrastructures de longue durée (par exemple, barrages, centrales électriques, canaux d’irrigation, etc.) susceptibles d’être vulnérables aux changements climatiques, même si la direction et l’ampleur des changements climatiques demeurent incertaines.

Plus la transition vers une économie à faible intensité de carbone et une économie verte sera profonde, plus l’économie d’un pays sera compétitive et durable. Par exemple, la transformation de grands complexes industriels et la modernisation complète des infrastructures énergétiques représentent un grand potentiel. Il existe un certain nombre de complexes industriels à travers le monde où les installations d’exploitation minière, de production d’électricité, de métallurgie, de fabrication et d’expédition ont été intégrées à des entreprises denses et interdépendantes. Les villes et les zones peuplées se sont développées autour de ces grands complexes industriels avec leurs possibilités d’emploi, et elles sont désormais vulnérables aux impacts environnementaux et aux bouleversements sociaux. Lorsque les pays modernisent leurs secteurs minier et énergétique, il est dans leur intérêt de le faire de manière durable. Les villes et les régions du monde sont des contributeurs clés avec des solutions innovantes. Lorsqu'elles sont réalisées en partenariat et développées de manière transparente et ouverte, la modernisation des grands complexes industriels peut déboucher sur des stratégies énergétiques nationales durables, fondées sur l'innovation, sur le plan social et environnemental.

La rénovation de bâtiments existants, en particulier de bâtiments à logements multiples, représente un grand défi à travers le monde. L'entretien insuffisant de ces bâtiments dans les villes a eu pour résultat une performance énergétique médiocre et a également entraîné des charges sociales, le vieillissement du parc de logements, des espaces communs en mauvais état technique, des dangers pour la sécurité et la pauvreté énergétique. Dans de nombreux pays, de nombreux projets de démonstration présentent une technologie moderne de rénovation éconergétique. Cependant, la plupart des bâtiments de haute technologie ne maintiennent pas leur performance au fil du temps, car les connaissances techniques requises sont insuffisantes. Le facteur humain représente un défi de taille dans l’organisation de la rénovation éconergétique des immeubles résidentiels à logements multiples, en plus des défis technologiques, de gestion et financiers.

  1. Confiance dans les liens et confiance des investisseurs

Le neuvième Forum représente une opportunité renouvelée pour les communautés financières et énergétiques de créer des réseaux et d’explorer des partenariats dans le contexte plus large du Programme 2030. Sur la base de la demande de l’année dernière, des activités de jumelage sont proposées pour faciliter un dialogue sur les possibilités de développer une énergie durable et de promouvoir les investissements de transformation et les problèmes persistants susceptibles d’entraver les investissements. Les participants ont l'occasion de discuter de questions clés, d'identifier les priorités et de proposer des recommandations concrètes pour les changements de politiques nécessaires pour surmonter les obstacles politiques, juridiques, réglementaires et techniques et tirer parti du potentiel d'énergie propre.

En ce qui concerne les énergies renouvelables, la plupart des pays ont adopté, au cours des dernières décennies, des stratégies détaillées en matière d’énergie renouvelable assorties d’objectifs ambitieux et de mécanismes de soutien financier pour faciliter les investissements. Les nouveaux investissements mondiaux dans les énergies renouvelables et les carburants ont marqué de nouveaux records en 2017. Cependant, ces mesures ne se sont pas révélées suffisantes pour encourager les investissements et le déploiement des énergies renouvelables dans tous les pays. objectifs ambitieux en matière de changement climatique et de développement durable. Bien que les coûts des énergies renouvelables puissent diminuer, le coût de l’intégration de sources d’énergie intermittentes dans le réseau n’en est pas pour autant. Par conséquent, le défi ne se limite pas au financement des investissements. Il s’agit d’aborder un mix énergétique durable sous un angle plus large et d’adopter une approche globale d’un système énergétique à zéro carbone.

Cependant, ce n'est pas seulement la communauté des énergies renouvelables qui rencontre des difficultés pour accéder au financement. Il est tout aussi difficile d'exploiter les normes les plus élevées dans les centrales électriques existantes avec un accès limité au financement pour la modernisation et l'intégration du réseau. Le forum offre une plate-forme pour exprimer les préoccupations concernant le financement des combustibles fossiles pour ceux qui tentent de fournir aux populations l'accès à l'électricité, la stabilité du réseau et un mix énergétique diversifié. La pleine transformation du système énergétique nécessite l'alignement des incitations à l'investissement sur les objectifs du Programme 2030. Le Forum offrira des possibilités d'améliorer la confiance dans les investissements transformationnels à long terme dans le secteur de l'énergie pour le développement durable dans son ensemble. Les ateliers et activités proposés dans ce pilier sont destinés à soutenir tous les acteurs participant au processus de développement et de déploiement de l'énergie.

  1. Sujets d'actualité et plongées profondes.

L'approche adoptée pour la première fois dans le processus de forum est un pilier conçu pour approfondir les plongées dans des sujets d'intérêt sélectionnés. Les thèmes abordés lors du neuvième forum comprennent l’impact de la numérisation, de la gestion durable des ressources et d’autres thèmes ayant un impact unique sur le changement.

La numérisation est au cœur du changement dans la société moderne, de notre façon de vivre, de voyager et de faire des affaires. Dans les économies modernes, sans infrastructure numérique, il n'y aurait pas de production, de distribution ou d'utilisation d'énergie. Les questions de sécurité, de dépendance, de respect de la vie privée et de perturbation surviennent lorsque les acteurs industriels et les entreprises de services publics investissent de manière majeure dans la numérisation. Il existe peu d’informations sur la valeur que la technologie numérique apporte au secteur de l’énergie. Cette plongée en profondeur discutera des principaux avantages, des services les plus rapides, des technologies les plus prometteuses et de la manière dont les modèles d’affaires évoluent.

Peu d'institutions ont fait de la productivité des ressources une priorité. L'économie mondiale se caractérise de plus en plus par une rareté des ressources et une volonté de réduire les déchets. Adopter des approches innovantes et prendre la tête de la productivité des ressources renforcerait la compétitivité et améliorerait la robustesse économique.

L'amélioration de l'efficacité énergétique dans les bâtiments est la plus grande opportunité d'économiser des ressources et de lutter contre le changement climatique. Il est également judicieux de développer des enveloppes, des isolations, des systèmes de chauffage et de refroidissement plus performants, etc. La transition vers une consommation d'énergie durable nécessite des actions à différentes échelles, allant de l'installation d'équipements dans des bâtiments individuels au développement d'infrastructures au niveau du district, de la ville et de la région. Certaines solutions énergétiques sont complémentaires (par exemple, un bâtiment peut être équipé de différents types d’équipements économes en énergie, de l’éclairage aux systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation), tandis que d’autres sont possibles (par exemple, un bâtiment peut être chauffé par un système de chauffage individuel ou connecté à un réseau de chauffage urbain). Dans la pratique, la mise en œuvre de solutions d'efficacité énergétique et d'énergie renouvelable implique une multitude de parties prenantes, allant des consommateurs d'énergie et des installateurs aux services publics, aux administrateurs de programmes énergétiques et aux autorités gouvernementales. Dans ce contexte, une coordination efficace entre les parties prenantes basée sur des données de haute qualité est un facteur de réussite important.

De nombreux pays et villes ont commencé à utiliser de grandes données géospatiales pour la mise en œuvre réussie de projets d’énergie durable, par exemple. pour l'estimation du potentiel d'énergie renouvelable au niveau national, l'élaboration de plans d'infrastructures énergétiques municipales ou l'identification de potentiels d'économie d'énergie pour les consommateurs d'énergie individuels. Les événements autour de ce sujet initieront les participants au processus de réflexion et à la technologie sous-jacents et faciliteront un échange international d’expériences basé sur des études de cas, les méthodes de gestion et d’analyse des données respectives pouvant s’appliquer facilement.

ТÂCHES

Le neuvième forum offre une occasion unique de tirer parti des réalisations des forums précédents et d’élaborer une feuille de route pour ce que les participants souhaiteraient réaliser à court et à moyen terme dans le cadre du Programme 2030.

Les documents finaux des deux forums précédents ont appelé à une transition à long terme vers un avenir énergétique durable et à définir des mesures concrètes que pourraient prendre les commissions régionales des Nations Unies et leurs États membres. Les actions ont été discutées lors du huitième Forum international sur l'énergie pour le développement durable et la conférence ministérielle sur l'énergie et ont été approuvées par les ministres participants:

  • Accélérer la transition vers un système énergétique durable;
  • Améliorer l'efficacité énergétique dans les bâtiments;
  • Améliorer l'efficacité énergétique dans l'industrie;
  • Accélérer l'adoption des énergies renouvelables;
  • Comprendre le rôle du gaz naturel;
  • Valorisation du méthane des mines de charbon;
  • Étendre le déploiement de la Classification-cadre des Nations Unies pour les ressources;
  • Réduire l’empreinte environnementale des énergies fossiles grâce au déploiement de l'efficacité, la technologie à faibles émissions et l'utilisation et le stockage du carbone;
  • S'appuyant sur la coopération et la collaboration internationales; 
  • Amélioration de la qualité des données et des indicateurs.

Le neuvième Forum et sa réunion ministérielle sur l'énergie fourniront un bilan de la situation réelle de la transition énergétique grâce à un débat honnête et éclairé sur la nécessité de moderniser les économies fondées sur les combustibles fossiles et sur la voie vers une économie verte.

Un tel système traiterait notamment de tous les aspects du développement durable, conformément aux priorités et préoccupations nationales, notamment le changement climatique et l’utilisation des ressources naturelles, la création d’emplois et la sécurité énergétique, la tolérance sociale, la santé et l’accès à l’énergie. Toutes les nations sont engagées et sont en train d’élaborer ou de mettre en œuvre leur approche pour parvenir à leur interprétation de l’énergie durable et du Programme 2030. Il est nécessaire que chaque pays reconnaisse les perspectives et les moteurs des autres, qu’il n’existe pas une approche unique de la transition mais une multitude d’approches. Ce qui compte vraiment, c'est que le résultat collectif produise les résultats nécessaires et que cette approche collective puisse atteindre ces objectifs plus rapidement que les actions nationales ou sectorielles individuelles.